Mise à jour du site des Archives de Datini à Prato (Italie)

Archivio Datini (Prato, Italie)Le carnet Hypothèses d’Elena Franchini (Filosofia&Storia) a révélé il y a peu que le site des Archives de Datini à Prato continuait sa politique d’ouverture sur internet des sources disponibles aux chercheurs.

Il s’agit d’un fonds unique au monde, révélé à la communauté scientifique il y a presque un siècle1, renfermant les archives personnelles du marchand Francesco di Marco Datini (13351410), soit près de 150 000 documents et 600 registres (dont certains ont été numérisés).

Qu’il s’agisse de la mise en évidence des voies de transport, des inventaires de biens, des réseaux et des stratégies financières élaborées par les individus2, ou encore de l’état d’esprit, des attentes et des préoccupations des protagonistes, l’Archivio Datini est une source absolument fondamentale pour tout chercheur se destinant à étudier le monde marchand européen du XIVe siècle.

L’Archivio Datini contient des documents administratifs ainsi que des lettres témoignant de l’activité commerciale, industrielle mais aussi bancaire de Francesco Datini tout au long de son existence.

Les Archives de Datini s’articulent autour de huit fonds principaux, classés chronologiquement et subdivisés en deux parties (livres comptables et correspondance) :

  • Avignon : Livres comptables, 1363-1416 (284 pièces) ; Correspondance reçue du fondaco d’Avignon, 1368-1414 (1506 pièces) ;
  • Prato : Livres comptables, 1348-1430 (285 pièces) ; Correspondance reçue du fondaco de Prato, 1367-1427 (10.262 pièces) ;
  • Pise : Livres comptables, 1382-1407 (154 pièces) ; Correspondance reçue du fondaco de Pise, 1378-1410 (38.502 pièces) ;
  • Florence : Livres comptables, 1381-1420 (188 pièces) ; Correspondance reçue du fondaco de Florence, 1365-1420 (31.655 pièces) ;
  • Gênes : Livres comptables, 1384-1409 (46 pièces) ; Correspondance reçue du fondaco de Gênes, 1373-1409 (15.031 pièces) ;
  • Barcelone : Livres comptables, 1363-1411 (65 pièces) ; Correspondance reçue du fondaco de Barcelone, 1382-1412 (24.354 pièces) ;
  • Valence : Livres comptables, 1393-1412 (51 pièces) ; Correspondance reçue du fondaco de Valence, 1386-1419 (11.393 pièces) ;
  • Majorque : Livres comptables, 1395-1411 (54 pièces) ; Correspondance reçue du fondaco de Majorque, 1391-1412 (10.580 pièces).

L’Archivio Datini renferme aussi des sources annexes, comme celles relatives à la correspondance privée (lettres envoyées à sa femme Margherita et à ses collaborateurs, par exemple) ou à des actes notariaux (testaments et assurances, par exemple).

Ce fonds se révèle donc intéressant pour l’historien du notariat, et il lui offre un exemple intéressant de relation entre le monde mercantile et l’activité notariale (on peut ici penser à la correspondance entre Francesco Datini et son ami notaire Lapo Mazzei3) ainsi que de belles perspectives de travail.

Notons d’ailleurs que Francesco Bettarini, jeune chercheur ayant rejoint les Cahiers de l’histoire du notariat il y a peu, avait publié en 2012 une monographie4 consacrée à ce thème de recherche.

 

Notes

BRUN Robert, “Les archives de Datini à Prato”, Mélanges d’archéologie et d’histoire, 40 (40), 1923, p. 103-113.

HOUSSAYE MICHIENZI Ingrid, Datini, Majorque et le Maghreb (XIVe – XVe siècles) : réseaux, espaces méditerranéens et stratégies marchandes, Leyde, Brill, 2013.

CAMESASCA Gloria, Lettere di ser Lapo Mazzei a Francesco Datini (1390 – 1399), thèse préparée sous la direction de Giuseppe Frasso et de Simona Brambilla, Milan, Università Cattolica del Sacro Cuore, 2011-2012.

BETTARINI Francesco, Contabilità e diversificazione degli affari: i libri di conto del notaio Andrea Bertelli da Prato (1373-1453), Prato, Fondazione Internazionale di Storia Economica “F. Datini”, Quaderni di Ricerca (1), 2012.

Gnomon, 174 (janvier-mars 2013)

La Revue internationale d’histoire du notariat – Le Gnomon, créée par l’Institut international d’histoire du notariat (IIHN), a publié au début de l’année 2013 un nouveau numéro, accessible en ligne via le site internet “Notaires de France”.

Ce numéro, en date des mois de janvier à mars 2013, est téléchargeable au format .pdf.

Trois articles y ont été publiés :

  • Alain Moreau, “Perplexité !”, Revue internationale d’histoire du notariat – Le Gnomon, 174 (jan.-mars 2013), p. 6-12.
  • Rémi Mallet, “Un notaire dans la France de l’Ouest intérieur à l’époque révolutionnaire et impériale”, Revue internationale d’histoire du notariat – Le Gnomon, 174 (jan.-mars 2013), p. 13-42.
  • François Falconnet, “Les actes notariés au Ministère des Affaires Étrangères et européennes”, Revue internationale d’histoire du notariat – Le Gnomon, 174 (jan.-mars 2013), p. 43-45.

 

Notons également que le directeur de publication des Cahiers de l’histoire du notariat a publié un article au sein de la Revue internationale d’histoire du notariat en octobre 2012, dans le numéro précédent.

 

Romain Borgna

Acta Histriae : numéro consacré au notariat

Acta Histriae, 21 (1-2)

La revue slovène Acta Histriae, placée sous l’égide de l’université de Primorska et consacrée à l’histoire de l’espace istrien, vient de publier un nouveau numéro consacré à l’histoire du notariat.

Des publications de grande qualité et en différentes langues sont offertes aux lecteurs.

Vous pouvez y accéder directement (au format .pdf) en cliquant sur les titres des articles, exposés ci-dessous.

Continuer la lecture de Acta Histriae : numéro consacré au notariat

CAHINO – Cahiers de l’histoire du notariat

Les Cahiers de l’histoire du notariat (abrégés en « CAHINO ») ont pour ambition de retranscrire aux historiens et aux étudiants l’actualité de l’histoire du notariat. Cette dernière jouit d’une attention tout à fait particulière au sein de l’historiographie récente, car elle permet à l’historien de proposer une approche et une analyse totalisantes et renouvelées des faits historiques. L’acte notarié se trouve en effet au croisement de l’histoire des mentalités, de l’histoire sociale, politique, économique, institutionnelle mais aussi juridique. Étudier un inventaire après décès du XVIIe siècle, par exemple, c’est entrer dans l’habitat d’un individu de l’époque, c’est explorer son quotidien et obtenir un instantané de son mode d’existence. Ces sources, à la fois passionnantes et inépuisables, ont attiré et captivé des générations d’historiens.

Aussi pouvons-nous considérer ces Cahiers de l’histoire du notariat comme une chronique permettant aux passionnés, mais aussi et surtout aux chercheurs en histoire du notariat de s’informer régulièrement au sujet de leur champ d’étude. Bien entendu, la présente publication ne se veut pas être un inventaire exhaustif de l’ensemble de la recherche historienne sur le notariat. Mais elle tend, en toute sincérité et objectivité, à vouloir informer au mieux les initiés et les intéressés.

Romain Borgna